YBC. Martine Monteil, Première femme du 36 Quai des Orfèvres

Au 36 quai des Orfèvres, Martine Monteil est connue et reconnue comme ” la première femme “. Première femme à la tête des Stups, de la Mondaine, de la Crime et de la PJ. À la fin des années 70, dans un milieu solidement masculin, elle a ouvert les portes, les unes après les autres.
Le démantèlement du réseau de Madame Claude, l’arrestation de Guy Georges, le tueur de l’Est parisien, la perquisition des stups chez Françoise Sagan, amie de Mitterrand, l’enquête minée sur la mort de Lady Di… c’est elle. Son pire souvenir, elle confie que c’est l’attentat du Métro Port-Royal et la rame jonchée de débris humains.
En 2008, elle avait été nommée préfète et secrétaire générale de la zone de défense de Paris.
Martine Monteil devient en janvier 2019 conseillère de Fabrice Paire, Président du Directoire du Groupe Partouche.


Au 36 quai des Orfèvres, Martine Monteil est connue et reconnue comme ” la première femme “. Première femme à la tête des Stups, de la Mondaine, de la Crime et de la PJ. À la fin des années 70, dans un milieu solidement masculin, elle a ouvert les portes, les unes après les autres.
Le démantèlement du réseau de Madame Claude, l’arrestation de Guy Georges, le tueur de l’Est parisien, la perquisition des stups chez Françoise Sagan, amie de Mitterrand, l’enquête minée sur la mort de Lady Di… c’est elle. Son pire souvenir, elle confie que c’est l’attentat du Métro Port-Royal et la rame jonchée de débris humains.
En 2008, elle avait été nommée préfète et secrétaire générale de la zone de défense de Paris.
Martine Monteil devient en janvier 2019 conseillère de Fabrice Paire, Président du Directoire du Groupe Partouche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

MENU